Après plusieurs années d’érosion, les prix dans l’ancien reculent de moins en moins. Mais dans un marché soutenu par les taux de crédit immobilier, l’avenir du secteur est difficile à anticiper.

Est-ce la fin du déclin des prix dans l’ancien ? Selon les derniers chiffres des notaires de France, la tendance est toujours à la baisse. À l’échelle nationale, sur l’année, les prix reculent de 2,8 % avec une diminution plus marquée en Province (-2,9 %), qu’en Île-de-France (-2,6 %). Une tendance qui touche principalement les appartements anciens. Les prix y reculent de plus de 2 % dans 60 % des départements étudiés par les notaires.

 

  LOGEMENTS ANCIENS (ÉVOLUTION T2 2014 / T2 2015 ) APPARTEMENTS ANCIENS (ÉVOLUTION T2 2014 / T2 2015 )
MAISONS ANCIENNES (ÉVOLUTION T2 2014 / T2 2015 )
FRANCE
MÉTROPOLITAINE
-2,8% -3,1% -2,6%
ÎLE-DE-FRANCE -2,6%  -3,0%  -1,9%
PROVINCE  -2,9% -3,2%  -2,7%

 

Mais comme le note ces professionnels du droit, « le marché immobilier des derniers mois semble vouloir évoluer, même si les chiffres ne traduisent pas encore cette tendance. » En se rapportant aux avant contrats, les projections pour novembre 2015 anticipent une reprise à la hausse pour les appartements (+1,1 %). « Beaucoup d’acquéreurs espéraient une vraie baisse des prix, ces derniers ayant doublé en 10 ans dans certains secteurs », indiquent les notaires. « Mais cette chute ne s’est pas produite ; malgré 4 ans de correction, les prix ont diminué d’environ 5% seulement en zones urbaines (loin de l’attente de certains) et jusqu’à 30% dans certains secteurs ruraux.« 

Des marchés à plusieurs vitesses

Dijon, Saint-Etienne Marseille ou Lyon poursuivent leur cycle baissier sur les appartements anciens. Grenoble, Nantes, Nice ou Rennes affichent la même tendance, même si elles enregistraient une légère hausse au dernier trimestre. La stabilisation, voire la hausse des prix, est plus prégnante à Bordeaux, Toulouse ou Montpellier, comme l’illustre la carte ci-dessous (cliquez pour agrandir) :

Les maisons, elles, résistent mieux. « La stabilisation des prix amorcée le trimestre précédent se continue« , assure les notaires. Mais il y a des exceptions : « Les prix baissent néanmoins à Lille et Toulouse ainsi qu’à Lyon, Marseille et Nice après une stabilité le trimestre précédent » pour les maisons. (Cliquez pour agrandir).

La dépendance aux taux de crédit immobilier

Aujourd’hui, l’évolution du marché se fait en fonction des taux de crédit immobilier. Pour preuve, la légère progression des niveaux d’emprunt à la fin du printemps a incité bon nombre d’acquéreurs potentiels à passer à l’acte : « Il n’était plus question pour eux d’attendre et de remettre à demain leur décision d’achat car le temps jouait désormais contre eux, même si en réalité les conséquences financières d’une remontée de 0,10 ou 0,20 % de leur taux ne changent pas grand-chose à une mensualité remboursable sur 20 ans ! », constate les notaires de France.

Les ventes ont alors bondi. À la fin du moins de juin, 716 000 transactionsen année glissante avaient été effectuées. Une évolution positive, même si elle reste inférieure au niveau de 1999 à 2007. « L’afflux soudain d’acquéreurs a, dans un premier temps, dégonflé les stocks de biens à vendre. Pour les zones tendues en besoin de logement où ce stock était moins important, il s’est installé une tension sur les prix qui n’ont pas tardé à remonter en effaçant la légère baisse des 9 mois précédents », analysent ces professionnels du droit.

L’avenir incertains du marché immobilier

Pour les notaires de France, deux scenarii sont alors envisageables dans l’ancien. Soit les taux remontent et les acquéreurs, influencés par cette hausse, achètent en masse, favorisant ainsi une remontée des prix dans les zones tendues (Paris par exemple).

Soit les taux se stabilisent (situation la plus probable selon les notaires) voire reculent encore, le contexte profitera aux acquéreurs. La correction des prix se poursuivra, mais les volumes de ventes resteront faibles.

 

Source : http://www.explorimmo.com/

Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>